• Collaborer avec le Saint-Esprit (1)

    COLLABORER AVEC LE SAINT-ESPRIT...CA CHANGE TOUT ! (1) 

    Collaborer avec le Saint-Esprit (1)

     

    Dans cet article, basé sur son enseignement de Novembre 2019 pour la Matinée Monos-ConnexionLinda parlera de l'importance pour nous, en tant que parents et moniteurs, de compter sur le Saint-Esprit dans notre désir d'aider les enfants à développer une relation personnelle avec le Seigneur.

     

     

    COLLABORER AVEC LE SAINT-ESPRIT...CA CHANGE TOUT ! (1)

     

    Collaborer avec le Saint-Esprit (1)

     

    Soyez Remplis du Saint-Esprit (1)Enseignante par métier, Linda Clément a plus de 25 ans de ministère auprès des enfants et d'accompagnement auprès de personnes de tous âges. Elle a une passion pour montrer comment capter les communications diverses du Seigneur en vivant dans Sa présence d'amour tous les jours…afin de devenir un instrument de Sa puissance pour les autres au travers de conversions, de guérisons et de délivrances. Elle fait partie de l’équipe de Monos-Connexion à Paris depuis plusieurs années.

    L’équipe de Monos-Connexion tient à remercier très chaleureusement Maryse BERTHELOT pour la traduction de l'article, ainsi que Wendy et Jean Pierre pour leurs conseils précieux.


     FAVORISER UNE RENCONTRE ENTRE JESUS ET LES ENFANTS

     

    Collaborer avec le Saint-Esprit (1)

    Image

    Dans cet article, basé sur son enseignement de Novembre 2019 pour la Matinée Monos-Connexion, Linda parlera de l'importance pour nous, en tant que parents et moniteurs, de compter sur le Saint-Esprit dans notre désir d'aider les enfants à développer une relation personnelle avec le Seigneur.

     

    Créés pour une relation d’intimité

    A l’âge de cinq ans, j’ai ouvert mon cœur au Seigneur quand un moniteur de l’école du dimanche m’a dit un jour que Dieu était toujours disponible et que je pouvais Lui parler à tous moments et en tous lieux. Cette vérité à elle seule m’a conduite le soir même à vivre ma première rencontre avec le Dieu vivant. J’ai joint les mains pour prier dans mon lit, toute enthousiaste à l’idée de pouvoir parler à ce Dieu extraordinaire ! Sa paix inondait tellement mon petit être que je planais en état d’apesanteur et me voyais allongée sur mon lit, les mains jointes dans la prière !

    Cette seule et unique vérité fondamentale sur le Dieu vivant allait transformer ma vie à jamais. Soixante ans plus tard, je chemine toujours avec Dieu. J’enseigne les jeunes enfants depuis de nombreuses années et suis toujours de plus en plus passionnée pour leur faire découvrir comment cultiver une relation d’intimité avec Dieu. Je les sensibilise aux diverses manières par lesquelles Il communique avec nous. Aujourd’hui, la boucle est bouclée, j’ai rempli la mission à laquelle le Seigneur me destinait quand je n’avais que cinq ans. Est-ce que vous voyez le trésor que vous, parents ou enseignants, représentez dans la vie d’un enfant ?

    La mort et la résurrection de Jésus ont rétabli notre relation avec Dieu. Il est donc naturel que nous chrétiens puissions saisir les nombreuses manières avec lesquelles Dieu communique avec nous. Adam et Eve savaient reconnaître la voix de Dieu. Nous lisons dans Genèse 3.8 :

    "Quand ils entendirent la voix de l’Eternel Dieu en train de parcourir le jardin vers le soir, l’homme et sa femme se cachèrent loin de l’Eternel Dieu au milieu des arbres du jardin."

    Une lecture détaillée de ce verset nous permet de comprendre que Dieu était habitué à communiquer intimement avec eux. Nous savons qu’Il se languissait de leur compagnie ! Ils ont aussitôt reconnu Sa voix. Inutile de dire combien le Père céleste parfait aspirait à communiquer avec Ses enfants et établissait donc toutes les connexions possibles pour partager avec eux une relation d’intimité à tout moment. 

     

    Vivre une relation d'intimité avec le Saint-Esprit

     

    Collaborer avec le Saint-Esprit (1)

     

    Après la chute, Dieu a continué à leur parler,  mais c’est à travers l’œuvre rédemptrice de Jésus que Son Saint-Esprit est venu habiter en chacun de Ses enfants rachetés. Chaque croyant a désormais l’Esprit de Dieu vivant en lui et donc la possibilité de vivre une relation intime et durable.

    En fait, la grandeur de Son amour pour nous est une réalité tellement incroyable qu’Il nous parlait déjà avant que nous soyons chrétiens. Comment le savons-nous ? Voici ce que Jésus nous révèle sur Son Esprit Saint dans Jean 16.8-9 :

    "Si je m’en vais, je vous l’enverrai et quand il sera venu il convaincra le monde en ce qui concerne le péché."

    Nous ne pouvons pas venir au Père sans la grâce du Saint-Esprit. Le Saint-Esprit attire toujours plus nos cœurs à Lui, désireux de nous convaincre de péché afin de nous sensibiliser à notre besoin de pardon et à Son immense amour pour nous.

    Alors, pourquoi est-ce si difficile pour tant de chrétiens de vivre en collaboration étroite avec l’Esprit ? Pourquoi Sa proximité nous échappe-t-elle ? En outre, si nous, parents et enseignants, ne partageons pas une relation d’intimité profonde avec le Père, comment pouvons-nous transmettre cette passion à nos enfants ? Comment pouvons-nous les accompagner vers une telle intimité avec le Père ?

     

    Avec ou sans Lui ?

     

    Collaborer avec le Saint-Esprit (1)

     

    Nous pouvons enseigner, parler de Dieu et vivre une vie de service sans vraiment accorder une place importante au Saint-Esprit. Durant mes quinze années d’école du dimanche personne ne m’a jamais fait découvrir tous les moyens dont le Seigneur dispose pour communiquer et développer avec nous une relation d’intimité par Son Esprit. Et donc je n’ai pas appris comment saisir tout ce qu’Il voulait me transmettre ni comment suivre Sa direction au quotidien.

    En conséquence, quand, passée la trentaine, j’ai commencé à enseigner les enfants à l’école du dimanche, pendant de nombreuses années, j’ai parlé de Lui, enseigné sur Lui, mais est-ce que je Le connaissais vraiment ? Je n’avais jamais suffisamment intégré le fait qu’Il vivait en moi pour en appréhender les implications profondes ! J’aurais pu cultiver une grande intimité avec Dieu à tout moment  mais ce n’était pas le cas. Je priais en général pour demander au Seigneur Son aide, ou je priais pour les autres, mais je ne me comportais pas comme une fille avec son papa, mon approche était purement intellectuelle. C’est pourquoi je ne recherchais ni ne comptais sur la présence de Son Esprit pour guider mes pensées dans mon ministère auprès des enfants. Cette dimension m’était tout à fait étrangère.

    J’ai enseigné des groupes de tous les âges, mais, ces dernières années, les enfants avaient entre cinq et dix ans. C’est une tranche d’âge que j’affectionne particulièrement. J’aime préparer des leçons bien construites et j’aime conduire les enfants au salut et à la découverte de la Bible. Nous partagions dans ces groupes des temps de grande joie et d’affection profonde. Mais en 2009, après de nombreuses années d’enseignement et d’investissement pour amener les jeunes enfants à la foi, je me sentais frustrée.

    Les années passant, je voyais se mettre en place un certain schéma. Mes petits qui avaient un cœur sincère et enthousiaste pour le Seigneur étaient trop souvent devenus des adolescents blasés qui ne recherchaient pas la proximité de l’Esprit. Leur tête avait intégré des connaissances bibliques mais leur cœur ne semblait pas avoir été touché.  Pourquoi nos équipes et nos familles ne constataient-elles aucun élan pour le Seigneur chez les enfants qui entraient dans l’adolescence ?

    C’est dans cet état de découragement, qu’une nuit, alors que je souffrais, comme souvent, d’une migraine, une phrase m’est apparue clairement devant les yeux : "Pourquoi est-ce que tu ne me demandes pas ? » J’ai tout de suite su que Jésus me parlait.  J’ai aussi réalisé que, pendant toutes ces années de problèmes de migraines, je ne Lui avais jamais demandé de me guérir alors que les histoires bibliques que je racontais régulièrement aux enfants relataient tant de guérisons divines.

    C’est ainsi que j’ai crié dans mon désespoir : "Seigneur, au secours !" »

    J’ai senti aussitôt ma tête qui s’inclinait doucement et légèrement vers l’arrière tandis qu’une magnifique couleur bleue azur m’enveloppait divinement. En l’espace de quelques secondes, la douleur avait totalement disparu. Les migraines ne sont jamais revenues !

     

    Le royaume de Dieu sur terre aujourd’hui

     

    Collaborer avec le Saint-Esprit (1)

     

    Quel bouleversement merveilleux dans ma relation avec Dieu ! J’ai ressenti un déversement de la puissance et de l’amour de Dieu venant du ciel. Je revivais une expérience similaire à celle que j’avais vécue avec le Seigneur quand j’étais enfant, au cours de laquelle j’avais expérimenté quelque chose qui venait vraiment du ciel. A partir de ce moment-là, le Seigneur a conduit chacun de mes pas et chacune de mes pensées à la découverte de Son royaume tel que je ne l’avais jamais connu auparavant. La mission de ma vie chrétienne devenait de plus en plus claire au fur et à mesure que je lisais les différents passages sur les paroles et les œuvres que Jésus accomplissait dans Sa mission. C’est dans Luc 4.18 que j’ai pleinement saisi l’ampleur de Sa mission et, par conséquent, de la mienne. Jésus y annonce la raison de Sa venue :

    "L'Esprit du Seigneur est sur moi, parce qu'il m'a consacré par onction pour annoncer une bonne nouvelle aux pauvres; Il m'a envoyé pour guérir ceux qui ont le cœur brisé, pour proclamer aux captifs la délivrance, et aux aveugles le recouvrement de la vue, pour renvoyer libres les opprimés, pour proclamer une année de grâce du Seigneur…"

    Plus tard, dans Matthieu 28.19, après Sa résurrection et avant de quitter Ses disciples pour le ciel, Il leur a donné cet ordre de mission :

    "Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit et enseignez-leur à mettre en pratique tout ce que je vous ai prescrit".

    Mettre en pratique signifiait aussi suivre Son exemple en priant pour la guérison des malades et la délivrance des captifs.

    En effet, j’avais enseigné les enfants sur la guérison mais je ne les formais pas à la prière, et surtout je ne m’attendais jamais à voir des guérisons immédiates. Dans ces temps de prière, je ne recherchais pas la puissance du Saint-Esprit. Les enfants n’avaient pas vu cette réalité du royaume même si j’avais tout lieu de croire que le Seigneur guérissait encore. J’avais raconté des histoires un nombre incalculable de fois où Jésus avait guéri tous ceux qui le lui demandaient avec foi. C’était l’un des aspects principaux de Son ministère.

    J’ai donc commencé à me concentrer sur la présence du Saint-Esprit en moi. Outre la guérison physique, la présence de cette couleur divine bleue, quand Il m’a guérie de la migraine, était manifestement une de Ses manières de communiquer avec moi. J’ai alors commencé des recherches sur le sens biblique des couleurs ! Au cœur de cette vie nouvelle dans l’Esprit, j’avais faim de connaître Ses modes de communication. Les paroles de ma monitrice de l’école du dimanche des dizaines d’années plus tôt faisaient écho dans mon cœur. Je peux parler avec Dieu quand et où je veux ! J’allais maintenant apprendre à Le connaître et à Le comprendre.

     

    Apprendre à collaborer avec le Saint-Esprit

     

    Collaborer avec le Saint-Esprit (1)

     

    La découverte des nombreux modes de communication de l’Esprit me permettait d’entrer dans une réelle collaboration avec Lui quand j’étais avec les enfants. Je L’invitais dans tout ce que je faisais auprès d’eux. C’est-à-dire que je me laissais guider par Lui quand j’étais avec eux. J’ai appris à discerner quand Il me poussait à développer un certain point, à m’étendre davantage sur un certain aspect de l’histoire, à prier pour un enfant de manière improvisée, à le prendre dans les bras, lui témoigner mon affection, poser certaines questions ou simplement observer sur son visage ses réactions au Saint-Esprit. J’étais parfois saisie d’une émotion qui me poussait vers un enfant ou me conduisait à raconter une histoire spécifique. Je recevais souvent une image qui me venait en tête, un message à décoder pour un enfant particulier ou pour tout le groupe. Je recevais aussi régulièrement des indices dans mon corps, mon âme et mon esprit. En développant une certaine sensibilité à l’Esprit, j’ai commencé à apprendre aux enfants comment identifier les différentes manières dont l’Esprit nous parle.

    Outre toutes les bonnes choses que j’avais enseignées pendant des années, j’étais impatiente de voir Sa puissance se manifester à travers les guérisons et la délivrance. Il me fallait tout simplement être obéissante et déclarer la guérison comme Jésus le faisait sans quémander ni lui dicter ce qu’il fallait faire. J’entrais dans une nouvelle saison, une saison dans laquelle je suis encore aujourd’hui car je vois régulièrement des enfants guéris, des enfants qui saisissent les différents modes de communication de l’Esprit et qui expérimentent Sa puissance.

    Il était devenu évident pour moi qu’un évangile qui ne met pas en pratique tous les aspects du ministère de Jésus est un évangile tronqué. Les enfants qui avaient grandi sans voir ni expérimenter la grandeur du Seigneur dans Sa plénitude avaient développé une certaine foi intellectuelle, mais dénuée d’intimité et de zèle.

     

    Tout abandonner à l’Esprit

     

    Collaborer avec le Saint-Esprit (1)

    Image

    Ce que j’avais enseigné pendant des années avait porté un certain fruit. L’Esprit avait été à l’œuvre, fidèle à Son rôle tandis que la Parole était proclamée et que le Seigneur était honoré. Puisque je m’attendais plus à la direction du Saint-Esprit quand j’étais avec les enfants, je commençais à Le voir manifester Sa présence de différentes manières. L’impact sur les enfants était manifeste, et plus particulièrement dans mon club biblique de voisinage. Aucun des nombreux enfants que j’ai accueillis n’était issu de famille chrétienne. Et pourtant, la majorité d’entre eux ont développé une croyance profonde en Jésus. Ils ont manifestement quitté notre maison avec une expérience vivante et évidente du royaume de Dieu. La guérison était devenue la norme, tout comme les messages que leur donnait l’Esprit pendant nos temps de silence et d’écoute dans Sa présence.

    Je ne suis pas en train de dire qu’un enseignement sans manifestations de l’Esprit ne porte pas de fruit. Si nous relatons des histoires bibliques, si nous étudions ensemble des versets, nous savons que la parole est puissante ! Nous semons des graines de sagesse et l’esprit de l’enfant assimile Sa parole et apprend à honorer Dieu. Quand nous observons chez nos enfants les prémices des fruits de l’Esprit, une croissance en maturité, une guérison émotionnelle, une passion pour servir les autres et pour découvrir Sa parole, ce n’est rien d’autre que la manifestation de l’Esprit qui œuvre dans les cœurs.

    D’autre part, si nous ne voyons chez nos enfants aucun zèle pour le Seigneur ni pour Sa parole ni pour le service, il se peut que nous n’enseignions pas et n’exposions pas les enfants à l’Evangile dans sa totalité. La vie chrétienne normale, rythmée par des temps de méditation et soumise à la puissance de l’Esprit Saint, est une vie d’obéissance, d’intimité avec Lui, dans laquelle les guérisons, les délivrances et les miracles ont toute leur place. En ouvrant nos cœurs au Saint-Esprit et en guidant nos enfants dans une communion profonde avec Lui, nous verrons se lever une génération qui ne sera ni blasée ni dénuée de puissance.

     

    Collaborer avec l’Esprit pour Thomas

     

    Collaborer avec le Saint-Esprit (1)

     

    Thomas avait sept ans quand il est arrivé dans mon club biblique du mercredi. Les choses se vivaient tout simplement. Je racontais des histoires de la Bible et je conduisais fidèlement les enfants au salut comme c’est encore le cas aujourd’hui. Mais le club ne vivait pas encore ce qu’il allait vivre des années plus tard : enseignement et manifestation de la puissance du Seigneur pour sauver, mais aussi pour guérir et délivrer. J’enseignais et démontrais l’amour  de Jésus au travers de projets artistiques, d’histoires bibliques, de la mémorisation de versets, et par beaucoup d’étreintes chaleureuses et de rires, de jeux mais surtout de gâteaux au chocolat ! Que du bonheur !

    La mère de Thomas avait eu une vie brisée qui l’avait conduite en prison puis à contracter une maladie fatale. Elle avait confié Thomas et son petit frère à des membres de la famille pour les élever. Le père avait quitté depuis longtemps le cercle familial. L’Esprit Saint avait profondément touché mon cœur pour ce garçon. En réponse à ce que je sentais dans mon cœur, je veillais à ce qu’il vienne régulièrement à la maison pour prendre ses repas, faire des parties d’UNO sans fin, et partager simplement autour de la table de la cuisine.

     

    Thomas reçoit le pardon du Père...et apprend à se pardonner

    Collaborer avec le Saint-Esprit (1)

    Image - Max7

    Thomas apprenait à connaître Jésus, mais il restait à l’écart. En fait son cœur était le siège d’une très lourde charge émotionnelle qui nécessitait des années de guérison. Sa haine profonde pour son père et ses inquiétudes permanentes pour l’état de sa mère avaient généré en lui une grande angoisse face à la vie. Il était un enfant rebelle à l’école et encore plus à la maison. Il avait peu de nouvelles de sa mère jusqu’à ce qu’il apprenne son décès alors qu’il avait seize ans. Cette nouvelle ne faisait que confirmer ses pires craintes. Il n’avait pas su la protéger, il n’avait même pas pu la revoir, encore moins la sauver.

    Peu après, il a quitté la maison pour aller vivre dans la rue à Paris. Trois ans se sont écoulés sans aucune nouvelle de lui. Puis, un soir, j’ai reçu un coup de fil tout à fait inattendu. Il m’a raconté son histoire pendant trois heures. Il m’a dit comment, tandis qu’il était confronté au quotidien aux dangers de la vie dans la rue, il avait été exposé à bien des tentations. Mais il a commencé à voir comment Dieu lui évitait bien des pièges et, en particulier, les plus destructeurs, ceux qui auraient pu ruiner sa vie à jamais. Il ne comprenait ni comment ni pourquoi. Au milieu de cette tourmente il se remémorait les versets bibliques qu’il avait appris chez moi. Ils lui revenaient soudainement en mémoire et l’aidaient à se sentir mieux.

    L’un de ces versets en particulier, Jean 3.16, tournait en boucle dans sa tête jusqu’à ce qu’il en ait une révélation divine. Il comprit qu’il avait accepté le pardon de Dieu pour ses péchés et que son cœur avait soif de Jésus mais qu’il n’avait pas réussi à se pardonner lui-même ! C’était lui l’obstacle à son cheminement dans la foi. Curieusement, c’est dans le chaos de la rue qu’il a été capable de faire cette démarche. Après quoi il a pu revenir à la maison et renouer avec tout le monde, et ce, parce que, quand le Seigneur commence une bonne œuvre, il va jusqu’au bout, Thomas a maintenant un travail, il a renoué avec sa famille et il est en relation quotidienne avec son père avec lequel il avait coupé tout contact.

     


     Dans la deuxième partie, j’aborderai comment se créer un lieu intérieur où développer une plus grande intimité avec l’Esprit du Seigneur et je donnerai des exemples de ce qu’on peut vivre avec les enfants quand on collabore avec l’Esprit.


     ABONNEZ-VOUS POUR NE RIEN MANQUER !

    La Rentrée - Lecture et Prière (2)Pour ne rien manquer, nous vous encourageons à vous abonner au blog afin d’être informés systématiquement lorsqu’un article sera publié ou lorsqu’un événement sera annoncé. 

    ⇒ Ajoutez votre adresse email à la boîte d'inscription ci-dessous puis cliquez sur "M'inscrire".

    ⇒ N’oubliez pas de confirmer votre inscription dans l’email que vous recevrez par la suite.

    ⇒ En tant qu’abonné(e), vous pourrez recevoir gratuitement des ressources (leçons bibliques, aides-visuelles, formations, etc.) qui ne sont pas disponibles au grand publique.

      


     

    Nous Suivre 

    Contact

    Nous Suivre 

    Facebook 

    Nous Suivre

    Pinterest

     

    Vous aimerez aussi :

    Matinée Monos-Connexion : 7 Avril 2018Connecter le Cœur de l'Enfant à Dieu

     

     

     

     

     

     

     

    « Préparons Pâques en Famille - Semaine 3Préparons Pâques en Famille - Défi (4A) »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Marie jo
    Mercredi 1er Avril à 16:51
    Je viens de lire l article de Linda .....c est exactement là où j en suis aujourd hui....je veux remercier Linda pour ce témoignage qui est le sien,je vais le méditer,c est vraiment une Réponse du saint esprit pour ma vie.MERCI!
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :